Construire l’utopie
Un voyage-reportage sur l’autogestion, le pouvoir populaire et la participation démocratique

Categories

Accueil > Reportages > Venezuela

28 mars 2013
Edith et Yan

Venezuela


Nous avons passé plus d’un mois au Venezuela, un pays complexe mais passionnant. Le contexte politique et social crée des possibilités de transformation sociale extraordinaire et permet des expériences réellement inspirantes. Même si le processus bolivarien est loin d’être parfait et porte en lui de nombreuses contradictions. Nous avons réalisé plusieurs reportages lors de ces quelques semaines passées au Venezuela, immergés dans des expériences « d’en bas ».

  • Venezuela, éclairage général : 14 ans après le début de la « révolution bolivarienne », le processus rentre dans une nouvelle étape avec la mort du président Chavez. Vue du vieux continent, la situation vénézuélienne reste souvent difficile à saisir, coincée entre une certaine mythification à gauche et des critiques idéologiques à droite. Dans cet article, en nous basant sur ce mois passé au Venezuela immergés dans des expériences « d’en bas », nous cherchons à poser un regard de gauche critique , partial et limité, sur quelques enjeux et contradictions du processus qui nous ont marqués. Voir : L’article écrit (version bêta, merci de ne pas diffuser dans sa version actuelle).

Attention : si un lien ne fonctionne pas, faire un clik droit sur celui-ci/ ouvrir dans un nouvel onglet ou visiter notre chaine vidéo : https://vimeo.com/channels/utopiasproject

  • Récupération d’entreprises, où en est-on ? Avec l’Argentine, le Venezuela fait partie des pays où l’idée de récupération d’entreprises et de gestion par les travailleurs a été le plus discutée. Pourtant, loin d’avoir ouvert un large chemin vers l’autogestion des entreprises, le processus bolivarien a plutôt créé un sentier escarpé. Voir : reportage mixte : écrit et vidéo
  • La coopérative CECOSESOLA. Coopérative de Barquisimeto (nord-est du Venezuela), au fonctionnement totalement autogestionnaire. Plus de 1200 travailleurs, aucun chef, aucun gérant, aucune structure hiérarchique, énormément de participation, de confiance et d’apprentissage, une rotation constante dans tous les postes de travail … et bien plus. Voir : Le reportage vidéo/L’article écrit/ D’un funérarium a un hôpital (La traduction en français que nous avons réalisé d’un petit documentaire de Cecosesola, sur leur histoire et la dynamique actuelle).

Partager